Nord-Kivu : FARDC vs ADF – le lourd tribut imposé à Beni ville et territoire

Pus de quatre malades ont aussi trouvé la mort dans cette insécurité imposée à la pauvre population de la place. Des rebelles présumés ADF ont fait une triple incursion depuis 15 heures de ce dimanche 29 novembre 2015 à Eringeti, agglomération située à 60 km au Nord de Beni-ville à la limite Nord entre le Nord-Kivu et l’Ituri. Un groupe a attaqué le camp de FARDC de KASANA. Un autre est allé vers le centre hospitalier de la place. Un troisième groupe rebelle est allé s’en prendre au centre d’Eringeti.

En fin novembre 2014, le nombre des victimes du génocide de Beni frôle 300 personnes exécutées à l'arme blanche.
En fin novembre 2014, le nombre des victimes du génocide de Beni frôlait 300 personnes exécutées à l’arme blanche.

Suite à cette triple incursion, le crépitement de plusieurs balles a été entendu. Et chaque habitant a pris la direction qui lui a été favorable. Pour l’instant, la situation est encore confuse. Mais en termes de bilan, l’on parle du centre hospitalier incendie, probablement des malades et infirmiers enfermés dedans, s’essouffle l’abbé Jérôme SAYITABO, curé de la paroisse d’Eringeti. Notre source indique que le bilan sera revu à la hausse au fur et en mesure que les dégâts seront en train d’être constatés.

 Quelques maisons ont été aussi brûlées. Du coup, c’est le désespoir qui gagne les esprits des habitants d’Eringeti dont certains comptent abandonner totalement leurs maisons. Des rebelles se seraient retirés d’Eringeti à 3 heures de ce lundi 30 novembre. Du côté secteur opérationnel SKOLA 1, l’on promet se prononcer tout prochainement.

A la dernière minute, on apprend que des médicaments ont été pillés, le Centre de santé de référence d’Eringeti ainsi que plusieurs maisons de commerce et d’habitation y compris la Radio communautaire d’ERINGETI ont été mis en feu. Des sources sur place renseignent que cette matinée, des militaires FARDC étaient rares sur le terrain mais « des hélycoptères de la Monusco faisaient des tours dans le ciel jusqu’à Beni ville.

Jusqu’en début d’après midi de ce lundi 30 novembre, le bilan provisoire à notre possession fait état de 26 morts dont 12 présumés ADF, 7 FARDC, 6 CIVILS dont une infirmière, 1 casque bleu MALAWITE de la MONUSCO, 8 blessés dont 6 civils parmi les malades alités au centre de santé d’ERINGETI et 2 casques bleus MALAWITE.

Du côté matériels, outre les 5 autos blindées de la MONUSCO touchées par les  roquettes des assaillants, le centre de santé de référence d’ERINGETI a été pillé puis incendié ainsi que 40 maisons de commerce sans éparger la radio communautaire locale…

Face à cette situation de qui vive, une ville morte spontanée s’est imposée à OICHA ce lundi 30 novembre au lendemain de l’attaque des positions  FARDC d’ERINGETI par un groupe des rebelles présumés ADF. A Oicha, boutiques, magasins  et établissements scolaires sont restés fermés. On pouvait seulement voir sur le boulevard partout des groupuscules d’hommes et femmes parler de l’insécurité devenue chronique en secteur de BENI MBAU et de l’attaque de dimanche qui plonge plus profondément encore les populations civiles dans une incertitude du lendemain.

Jean-Paul NGAHANGONDI président nationale de la convention pour le respect des droits de l’homme CRDH fait sa lecture des faits en indiquant que c’est horrible, ce qui se passe à Beni et s’interroge sur ce que font les autorités quant à ce.

Un article de Radio Moto FM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s