Beni : Nouvelle attaque des présumés ADF – Près de 20 morts

Un nouveau massacre s’est produit dans la nuit de mardi à mercredi dans la ville de Béni située dans l’est de la RDC, 17 morts de plus, c’est le bilan de cette incursion nocturne attribuée aux rebelles ougandais ADF/NALU à l’Est de la ville, dans les localités de Mayangose et Mbongya.

En fin novembre 2014, le nombre des victimes du génocide de Beni frôle 300 personnes exécutées à l'arme blanche.
En fin novembre 2014, le nombre des victimes du génocide de Beni frôlait 300 personnes exécutées à l’arme blanche.

Au moins 17 personnes ont été tuées à coup de machette dans un quartier de la ville de Beni, en proie à une récente série de massacre ayant fait près de 300 morts.

« Nous avons retrouvé 17 corps. La fouille continue », a déclaré un officier de police. La région de BENI a été frappée d’octobre à décembre par des massacres attribués aux rebelles ougandais de l’Alliance des forces démocratiques (ADF).

Des habitants excédés ont plusieurs fois manifesté pour dénoncer ces tueries.

Quelques jours après la levé du couvre-feu contre la circulation au delà de six heures du soir dans cette région, avec probabilité que la plupart des combattants locaux parmi lesquels des ADF et autres miliciens Maï-Maï se dissolvent parmi leurs communautés de provenance, aux alentours de Beni et de Kasese, en cheval entre l’Ouganda et la RDC, il semble un peu tôt d’attribuer les récentes attaques de Beni au groupe terroriste ADF. À Béni c’était évident, dès le début de l’opération SOKOLA I. En novembre 2014, trois familles composées d’environ 30 personnes ont été arrêtées dans la ville de Beni et accusées d’être connecté à l’ADF. Des armes et des bombes artisanales auraient été trouvées dans les résidences des ces présumés collaborateurs des ADF/NALU.

La reprise de SOKOLA, tant saluée connaîtrait était un défi.
La reprise de SOKOLA, tant saluée connaîtrait était un défi.

Toutefois, nombreux sont des officiers FARDC qui n’y ont peut-être pas trouvé leur parts, alors qu’ils sont sur la ligne de front. Mais aussi, les Tanzaniens de la Brigade spéciale d’intervention sont très visibles sur les routes entre Mbau et dans les escarpements de la vallé de la Semuliki sur l’axe Nyaleke-Mbongya. Les ADF ont été pourchassés et se sont réfugiées en minuscules groupes très loin dans les forêts de part et d’autres d’Eringeti et d’Oïcha.

Hostile au président ougandais, Yoweri Museveni, l’ADF est active depuis 1995 dans une région montagneuse du territoire de Beni, où elle commet de graves exactions (massacres, enrôlements forcés, pillages…) contre les civils.

Publicités