RDC | Politique : Kabila retend la main aux katangais

Contre toute attente, de récent discours de Katumbi contre un éventuel troisième mandat de Joseph Kabila ne passera pas sans jet d’encre dans le cercle du pouvoir. Si la « Kabilie » semblait moins élégante dans les yeux du millionnaire gouverneur du Katanga, Joseph Kabila semble pourtant un peu plus ouvert à celui qui a cofinancé sa campagne en 2011.

J. Kabila, M. Katumbi et G. Kyungu. (Ph. Tiers)
J. Kabila, M. Katumbi et G. Kyungu. (Ph. Tiers)

Le troisième « penalty », entendez par là « un troisième mandat pour Kabila » que craint Moïse Katumbi semble diviser les Katangais. Si, tirant les sonnettes d’alarmes et emboitant les pas de son jeune frère, Kyungu Wa Kumwanza Gabriel, président de l’assemblé provincial et ancien gouverneur du Katanga, annonçait la semaine dernière que le redécoupage de la RDC n’était pas une affaire katangaise, il faut déjà comprendre que les fils et petits-fils de la bourgeoisie katangaise ne partagent plus l’opinion de leur paire de la majorité présidentielle sur des points de vues précis.

Avant que la case brûle, Joseph Kabila coupe l’herbe sous les pieds de Gabriel Kyungu et Moïse Katumbi. L’autorité morale de la majorité présidentielle a entamé depuis le lundi 5 janvier 2015 des consultations sur place à Lubumbashi, capitale du Katanga, avec la notabilité katangaise, les fils et filles du Katanga présents dans institutions, venant de Kinshasa et de tous les coins du pays.

Featured Image -- 2333Les circonstances d’accommodement serraient toujours concevables pour l’intérêt du pouvoir et du Katanga. Une virtualité à ne pas débusquer. Les dissensions au sein de la Majorité Présidentielle qui s’amorcent au niveau du Katanga, mais aussi de la part d’un richissime homme et mécène populaire à l’instar de Moïse Katumbi n’auraient été souhaitable pour les originaires du Katanga qui veulent tenir le plus longtemps possible ce pouvoir acquis depuis 1997avec le concours de leurs cousins du Kivu.

Dès ce « Dialogue inter-Katangais », en plus d’une sorte de réconciliation non ou mal annoncée entre paires, des sons de Jean-Bosco Mwenda Wa Bayeke ; les contemporains de Jason Sendwe, Fréderic Kibasa, Laurent Desiré Kabila pourtant se convenir sur quelle personne portera afin leur étendard à la présidentielle de 2016 ou 2017-2019 en RDC entre Joseph Kabila, Moïse Katumbi et Katebe Katoto.

Ce « dialogue inter-katangais » autour du président Kabila intervient alors qu’Evariste Boshab, vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur est arrivé à Lubumbashi, certainement pour comprendre la volte-face de Moïse Katumbi et les élucubrations alarmistes de Gabriel Kyungu. « Je suis venu faire l’état des lieux de la situation » a déclaré Évariste Boshab Mabudj-ma-Bilenge à sa descente de l’avion.

Un éventuel troisième mandant pour Joseph Kabila, un autre katangais de part son feu héros de père Laurent Kabila et kivutien de part sa très discrète mère Mahanya Sifa, du Maniema, un éventuel découpage territorial prévu par la constitution de février 2006, l’affaire des « Bakata Katanga », les menaces qui planent sur le général John Numbi dans l’affaire Floribert Chebeya, l’affaire « Vano Kiboko », etc. tels sont quelques des sujets qui fâchent dans le chef des Katangais et sur lesquels les Katangais voudrais bien écouter leur « frère » s’exprimer.

Publicités