Carnage à Beni territoire : Si l’uniforme pouvait parler…

Par Umbo Salama • Sur Arc-en-Ciel

Près d’une centaine de personnes ont été massacrées, jeudi 20 novembre à VEMBA et à TIPIOMBA à 7 km de Mavivi-Ngite, près de Beni (à environs 350 Km au Nord de Goma, à l’Est de la RD Congo). Des assaillants portaient des effets de FARDC. Comment les obtiennent-ils ?

La tenue officielle des FARDC @ photo droit des tiers
L’uniforme officielle des Forces Terrestres des FARDC (Ph. Tiers)

Comme il en est l’habitude, ces massacres sont imputés aux rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF). Une version qui ne convainc pas Juma Balikwisha, député national élu de Beni territoire. C’est une nouvelle attaque qui porte à 200 le nombre de personnes tuées en un mois dans le territoire et ville de Beni. Ces violentes attaques ont touché trois villages : Tipiomba, Vemba et Masulukwede, à une trentaine de kilomètres de la ville de la Béni. La plupart des victimes sont des civils, qui revenaient de leurs champs ou des différents marchés où ils vendent leurs produits vivriers. Ils ont été massacrés par balles, à coups de haches et de machettes.

Si l’uniforme pouvait parler

« Ça fait la chair de poule, ce nouveau carnage enregistré entre 14 et 19 heures, le jeudi 20 novembre », s’exclame Pascal Muhindo Mapenzi, directeur de la Radio Moto à Oicha, qui s’est rendu sur leue quelques heures après le massacre. En effet des présumés ADF-NALU ont investi les villages de Tipiomba et Vemba, logeant la rivière Nzuma, à environs 10 km à l’Est de MAVIVI, en Groupement de Batangi-Mbau, dans le Secteur de Beni-Mbau, en cheval avec le Parc National de Virunga.

https://i1.wp.com/img.over-blog-kiwi.com/1/27/50/46/20141125/ob_ccfb2b_mavivi.jpg
Victime des tueries de vemba (Ph. FaceBook/Désiré Kyambi)

Les assaillants, vêtus en uniforme militaire des FARDC, pour détourner l’attention de la population civile, ont pris d’assaut les villages. « Les tueurs avaient rejoint les habitants chez le Chef de Village aux environs de 13 heures. Ils ont même bu ensemble et les habitants croyaient congratuler les éléments des FARDC pour la sécurité. Une heure plus tard, nous ne savons pas ce qui s’est passé. Brusquement ces assaillants ont ligoté ceux qui buvaient avec eux et ont découpé d’autres à l’aide de la machette, ou de la hache. Ceux qui résistaient étaient tout simplement fusillé. Même le chef du village, Mr Karose a été tué», raconte le prénommé Kativiti, un des survivants.

Avant de s’en aller, les assaillants ont emporté des chèvres, des poules, la récolte de cacao et des tronçonneuses. « Ils on même égorgé une vache et qu’ils se sont gés à quelques mètres du bar de Mr Karose où ils ont tués plus de 50 personnes y compris le chef du village », indique un survivant tout tremblotant. Les FARDC viennent de se déployer dans ces villages pour le ratissage. Il est interdit de fréquenter des champs où ces assaillants ont commis ces atrocités. Au même moment, la MONUSCO effectue de patrouilles aériennes dans la zone. Lire la suite de ce post de Umbo Salama → ici.

Publicités

Une réflexion sur “ Carnage à Beni territoire : Si l’uniforme pouvait parler… ”

Les commentaires sont fermés.