RDC : Muyej vs HRW – « Likofi 3 » ou ping-pong

Le théâtre était prévisible. En lingala on dit « o tie libala, na tie likwangola ». Traduisez : « Tu expose la planche, je la taille à la manchette ». Entre « Monsieur l’intérieur » et Madame « l’observatoire mondial des droits humains », ça sent un lit séparé. Le divorce n’est pas encore consommé mais il est prévisible. Le père a expulsé l’oncle SCOTT CAMPBELL du bureau conjoint des Droits de l’homme en RDC, mais la mère HRW a jette l’huile sur le feu en réitérant les élucubrations de l’oncle. L’enfant pleure et annonce un nouveau foyer.

Des policiers congolais participant à l’Opération Likofi dans la capitale de la RDCongo, Kinshasa, le 2 décembre 2013. (© 2013 Privé/HRW)

Dans un rapport de 63 pages, HRW avait décrit comment des policiers en uniforme, portant souvent des cagoules, avaient traîné des membres présumés de gangs connus sous le nom de « kulunas » hors de leurs demeures pendant la nuit et les ont exécutés. Les policiers avaient ouvert le feu et tué des jeunes hommes et garçons non armés devant leurs maisons, dans les marchés ouverts où ils dormaient ou travaillaient, ainsi que dans des terrains à proximité ou dans des espaces isolés. Un grand nombre d’autres ont été emmenés – sans que les policiers ne présentent un mandat d’arrêt – vers des destinations inconnues, et soumis à des disparitions forcées, précise HRW dans son rapport.

Ces accusations n’ont pas laissé muet sieur Richard Muyej, ministre RDCongolais de l’intérieur, affaire coutumière et décentralisation. Dans un point de presse, Richard Muyej refuse de comprendre que le rapport de l’Ong britannique ne fasse aucune allusion aux victimes des Kuluna. Depuis son cabinet de travail, hier mercredi 19 novembre, le Ministre de l’Intérieur crie au complot et annonce Likofi 3.

Pour Muyej, « En dépit de cette  campagne éhontée de dénigrement de notre police, le Gouvernement de la République va poursuivre ses efforts de sécurisation de la population et réaffirme sa détermination de mettre bientôt les moyens conséquents à disposition du commandement de la ville pour la matérialisation de l’opération « LIKOFI 3 » ».

Le ministre de l’intérieur voit dans le rapport de HRW une sorte de néocolonialisme en affirmant : « Nous nous retrouvons, comme au XIXème  siècle, quand, au nom de la civilisation, on colonisait les Africains et on leur coupait les mains. Dans la même logique, la règle de « diviser pour mieux régner » trouve sa place dans ce document de Human Rights Watch. »

Réagissant à ce point de presse, HRW a soulevé quelques inadéquations dans le propos tenus par le ministre. Par exemple, « lors de cette conférence de presse, M. Muyej a présenté deux individus dont il a affirmé qu’il s’agissait de personnes figurant sur deux photographies publiées dans le rapport, l’une d’elles étant identifiée comme ayant été tuée lors de l’Opération Likofi, et la seconde comme ayant été victime d’une disparition forcée. M. Muyej a également affirmé qu’un troisième homme, dont la photo a été publiée dans le rapport en tant que victime d’une autre disparition forcée, avait comparu devant un tribunal, puis jugé et remis en liberté. Cet individu n’était pas présent lors de la conférence de presse. M. Muyej a fourni les noms de ces trois individus aux médias.

Human Rights Watch a comparé les noms cités par M. Muyej à ceux des personnes figurant sur nos propres listes, mais qui n’avaient pas été publiés dans le rapport afin de protéger les familles des victimes. Or, il y a une divergence entre les noms. Les noms fournis à Human Rights Watch par les familles des victimes n’ont aucun rapport avec ceux qui ont été cités par M. Muyej. Ainsi, nous estimons que les individus présentés par Muyej ne figurent pas parmi les cas documentés par Human Rights Watch. »

Ce n’est qu’une épisode…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s