Nord-Kivu : J. Kahongya vs A. Nyamwisi – du rififi post-carnage à Beni

Réponse du berger à la bergère ou simple coïncidence ? La réplique Julien Paluku, gouverneur du Nord-Kivu, balayant d’un revers de la main les propos de son ancien mentor, l’actuel opposant Antipas Mbusa Nyamwaisi n’ont pas surpris. Comme pour manifester leurs états d’âmes, ces deux anciens alliés ont récupéré, chacun à sa manière, les récents événements tragiques de Beni ville et territoire, ayant causé la mort par exécutions à l’arme blanche de plus de 80 personnes dans l’ancien QG de l’ancienne rébellion du RCD/K-ML.

C’est sur les ondes de la « très africaine » RFI que se sont exprimés la semaine dernière Antipas Mbusa Nyamwisi et son ancien poulain Julien Paluku Kahongya. Le premier est un ancien ministre, le second est ancien maire de Butembo et de Béniville et est actuel gouverneur du Nord-Kivu.

Au-delà de l’incompétence, c’est plutôt de la complicité », a fait savoir Mbusa Nyamwisi
Antipas Mbusa Nyamwisi (Ph. DR/RFI)

Mbusa Nyamwisi, met en cause la version officielle des massacres survenus en Béniville et Beni territoire et attribués par les autorités aux rebelles ougandais des ADF-Nalu. Pour lui, l’armée congolaise n’a pas fait preuve que d’incompétence. L’ancien patron de la rébellion RCD-KML accuse le général Muhindo Akili aka Mundos, le commandant de l’opération Sokola censée lutter contre les ADF-Nalu, d’être le complice des rebelles. Mbusa Nyamwisi exige une enquête indépendante. « Des ADF-Nalu massacrent plus de 80 citoyens dans un périmètre de 50km² où il y a des milliers de soldats congolais, et bien entendu la Monusco [la force onusienne en RDC], sans que l’armée ne soit en mesure de capturer un seul de ces assaillants. Au-delà de l’incompétence, c’est plutôt de la complicité », a fait savoir Mbusa à Sonia Rolley de RFI.

Ces massacres des populations civiles sont une manœuvre utilisée par l'ennemi pour opposer les populations à ces dirigeants, d'après le gouv. du Nord-Kivu
Julien Paluku Kahongya, Gouverneur du Nord-Kivu (Ph. M. Kemal/GPNK)

Pour Julien Paluku, « ces massacres des populations civiles sont une manœuvre utilisée par l’ennemi pour opposer les populations à ces dirigeants. » « Il a été constaté une confiance renouvelée de la population aux Fardc qui ont défait le M23 comme les ADF-NALU qui ont inventé un autre mode opératoire», précise le gouverneur du Nord-Kivu sur le site officiel de sa province, précisant que des opérations Sokola, avant la mort du Général Jean-Lucien Bauma Ambamba, on a noté 38 combattants ADF-NALU capturés avec 25 de leurs dépendants, 52 otages libérés en état lamentable. Par contre, après Bauma, 26 combattants ADF-NALU ont été tués avec 15 armes dont 3 bombes artisanales, a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, une autorité nationale farouchement opposée à Mbusa Nyamwisi affirme dans l’anonymat : « Même si je n’ai pas été d’accord avec lui [Mbusa Nyamwisi, ndlr] sur certains points de vues, je partage pour cette fois sa position. Il est connu de plusieurs que le Général Mundos n’est pas la bonne personne pour le retour de la paix au Nord du territoire de Beni, non moins pour l’éradication des ADF.« 

Comme dans ses habitudes, le « parolier national » Lembert Mende Omalanga ne s’est pas prononcé aux propos de son ancien sociétaire dans la rébellion du RCD/K-ML. Jouant au ping-pong politique, l’élu de Lodja et président du CCU n’a pas coutume de critiquer ouvertement Nyamwisi comme il le fait pour d’autres politiciens de l’ « autre camp ». Visiblement, Mende, ancien de deux RCD et allié de Mbusa jusqu’à la veille de Sun-City, connais ce qu’est un Mbusa face aux grand-nordkivutiens. Dans le contexte actuel, les conspirations passent moins dans les esprits épris à la paix et à la stabilité. Toutefois, Mende a bon du laisser Julien Paluku cracher le morceau. Une prise de position qu’attisent les dissensions entre les deux leaders Nandes, mais le commun de mortel s’en moque éperdument.

Comment Julien Paluku a-t-il pu avaler la patate chaude ? « L’homme s’est fait prendre Richard Muyej« , affirme notre un politicien sous couvert d’anonymat. Dans une interview accordée au reporter de Radio Okapi à Beni, le ministre de l’intérieur Richard Muyej qui séjourne pour la deuxième fois consécutive au Nord-Kivu en moins d’une semaine, a affirmé que la population de Beni est d’accord avec le commandant chargé des opérations SOKOLA organisées dans la traque des terroristes islamistes ougandais ADF, présumés auteurs des massacres de Beni. Cet avis n’est pourtant pas celle de la notabilité locale (Fédération des Entreprises du Congo, Conseil des Jeunes, Kyaghanda Yira, Société Civile de Béniville et Beni territoire, etc.). Pour les forces vives de Beni, le général Muhindo Akili aka Mundos est l’homme-problème dans cette épineuse question que ne cesse d’endeuiller la partie Nord de la très instable Province du Nord-Kivu.

Ni la MONUSCO, non moins les FARDC n’ont position à éteindre les dars enflammés des habitants de Béniville et Beni territoire dont plusieurs porte-paroles ont fait surface depuis peu de temps. « Deux jeunes ont été tués et un grièvement blessé par balle à Béniville le mardi 21 octobre dernier alors qu’ils attaquaient des soldats de l’ONU« , en à croire la société civile locale.

Richard Muyej Mangez et Julien Paluku Kahongya sont retournés à Beni pour faire face à la situation sécuritaire en ville et territoire de Beni. Même le patron de la Monusco est aussi revenu à Beni. Martin Kobler était accompagné de Saïd Djinnit, envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies dans la région des Grands Lacs. Aussitôt arrivés à Beni-ville, le ministre Richard Muyej Mangez Mans et le gouverneur Julien Paluku Kahongya ont tenu une rencontre de sécurité urgente avec les services techniques. Mais, les clauses de cette assise n’ont pas été communiquées à la presse, pour autant dire que rien n’a filtré de ces échanges. Dialogue de sourds ?

Dorénavant, Joseph Kabila est attendu à Béniville ce lundi 27 octobre, là même que Vital Kamerhe venait d’annoncer son arrivée dans les heures qui suivent. Récupérations ou compensions ? La paix avant tout…

Publicités

3 réflexions sur “ Nord-Kivu : J. Kahongya vs A. Nyamwisi – du rififi post-carnage à Beni ”

  1. Julien est dans le camp du mal, il profite de l’occasion pour accuser Mbusa avec l’espoir de gagner la confiance de Kabila dans la redistribution de la carte du leadersheep du Nord kivu.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s