15 septembre, Journée internationale de la démocratie : Quels défis pour la jeunesse dans votre démocratie ?

« Le courage est mis à l’épreuve quand on est dans la minorité, la tolérance est mise à l’épreuve quand on est dans la majorité. » Le thème de cette année se tient sur le fonds de la mobilisation de la jeunesse autour du contexte démocratique dans les États. En République « Démocratique » du Congo, une jeune démocratie ouverte depuis l’aube de la décennie ’90, la jeunesse semble fourrée au troisième plan, au stade de la propagande ou de la base arrière électoraliste ou de représailles. L’engagement des jeunes dans la vie démocratique est loin d’être évident, et l’avenir des démocraties de demain s’en trouve menacée. A l’occasion de la Journée internationale de la démocratie 2014, The Kivu Times attire l’attention sur la nécessité de faire participer les jeunes à la démocratie.

Démocratie participative et mobilisation citoyenne (Ph. Tiers)
Démocratie participative et mobilisation citoyenne (Ph. Tiers)

Le choix de la date du 15 septembre pour célébrer cette journée a été effectué par l’Organisation des Nations Unies et correspond à l’adoption, en septembre 1997, de la Déclaration universelle sur la démocratie. Cette Déclaration pose les principes constitutifs d’une démocratie et définit les caractéristiques et les fonctions d’un gouvernement démocratique.

Une démocratie véritable requiert une participation véritable des jeunes. Les jeunes ont beaucoup à apporter à la société – à commencer par l’innovation, la créativité et une manière nouvelle d’envisager les choses. Leur participation à la démocratie favorise une citoyenneté active, renforce la responsabilité sociale, consolide les processus et les institutions démocratiques. En outre, les jeunes citoyens d’aujourd’hui sont les leaders et les décideurs de demain.

« Les jeunes devraient être à la pointe du changement global et de l’innovation. Habilités, ils peuvent être des acteurs clés pour le développement et la paix. Si, toutefois, ils sont laissés sur les marges de la société, chacun d’entre nous sera appauvri. Faisons en sorte que tous les jeunes aient toutes les chances de participer pleinement à la vie de leurs sociétés. » – Kofi Annan

Faire la différence face aux défis

Agir pour impliquer les jeunes dans la démocratie favorisera de meilleures décisions et actions politiques – car les jeunes sont les mieux placés pour exposer les expériences qu’ils sont seuls à vivre. C’est aussi une occasion de promouvoir une meilleure compréhension de la démocratie et des droits de l’homme.

En outre, la responsabilisation et la protection des jeunes – notamment par la concrétisation du droit démocratique fondamental de participation ; la promotion du bien-être des jeunes, le développement de leurs capacités et de leurs expériences ; une influence positive sur la lutte contre la pauvreté et la faim et sur la réalisation des objectifs de développement internationaux ; la promotion de la paix, une meilleure gestion des conflits et la transition vers la démocratie – car les jeunes aident à l’établissement de liens entre les communautés et contribuent à des sociétés plus justes et plus pacifiques, doivent en être les priorités les plus urgentes.

Ce faisant, cela requiert une planification sur le fondamental. Les jeunes de 15 à 25 ans représentent un cinquième de la population mondiale – mais n’ont qu’une influence limitée dans les institutions politiques nationales, d’après les statistiques des Nations Unies. Les jeunes sont souvent bien placés pour contribuer à résoudre les problèmes qu’ils rencontrent (pauvreté, discrimination, problèmes d’accès à l’éducation, rareté de l’emploi) – pourtant on ne leur accorde souvent que des possibilités limitées de prendre véritablement part à l’action démocratique. En RDCongo, les jeunes sont soit applaudisseurs, soit base arrière pour faire pression sur les challengeurs

Au niveau mondial, les jeunes agissent et se mobilisent, prouvant leur intérêt pour les causes sociales – les récents événements qui se sont déroulés dans les pays arabes et ailleurs ont montré que les jeunes peuvent jouer un rôle déterminant dans le changement démocratique. Pourtant, l’intérêt des jeunes pour l’activité politique officielle décroît- ils participent moins aux scrutins, adhèrent moins aux partis et manifestent une désillusion croissante vis-à-vis des responsables et des partis politiques.

Alors même que les jeunes d’aujourd’hui sont mieux placés que jamais pour prendre part au développement mondial et en bénéficier, ils sont nombreux à se sentir marginalisés et exclus. Il s’agit d’une réelle menace pour l’avenir de la démocratie en République Démocratique du Congo comme ailleurs sur le continent. Dans la seule ville de Kinshasa, le contexte électoral de 2011 a laissé émerger des gangues dites « Kulunas » dans la sécurité des candidats et dans leurs représailles contre leurs concurrents ou colistiers. Les Kulunas, sont une bande de hors-la-loi, de jeunes incontrôlables identifiés comme tels, depuis le milieu des années 2000 à Kinshasa. Ils volent, rackettent, blessent ou coupent, avec les machettes dont ils sont armés, de préférence les bras de leurs victimes ou les tuent.

L’engagement des jeunes dans la vie démocratique est loin d’être évident, et l’avenir des démocraties de demain s’en trouve menacée.

LUCHA, une réussite démocratique au Kivu

La « Lucha » – comme pour dire « Lutte pour le changement », un mouvement libertados ou indignados de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, semble être le reflet positif de l’engagement de la jeunesse dans l’exercice démocratique. Aux méthodes pacifiques et scientifiques, la LUCHA est une organisation de des jeunes patriotes qui n’ont aucune coloration politique. Elle est la seule structure citoyenne de la jeunesse dans la ville volcanique qui semble ne pas répondre aux dictas des politiciens.

Au chercheur Kris Berwouts, Micheline, une des initiateurs de la Lucha répond :

« Tout a commencé il y a deux ans. Je me sentais très frustrée. Nous étions conscients du fait qu’il y avait des sommes d’argent énormes qui étaient investies dans le pays, mais tout semblait tourner en rond. On n’avait pas l’impression d’évoluer. Tout ce qu’on entendait dire autour des élections de novembre 2011, on l’avait déjà entendu en 2006 (la réélection de Joseph Kabila a été entachée de nombreuses irrégularités, Ndlr). Et en 2016, ça sera encore la même chose. Apparemment, les problèmes du Congo semblent insolubles. Et ceci, on ne pouvait pas l’accepter. Pourtant, il y avait partout des gens de bonne volonté. Je ressentais le besoin de faire quelque chose. […].

>>> Lire : La Lucha : Les Indignés de Goma, un article de Christophe Rigaud de Afrikarabia ®.

Comment impliquer la jeunesse ?

Il n’existe pas de solution universelle. Les jeunes sont confrontés à des problèmes très différents, dans leur vie et dans leur engagement démocratique, selon qu’ils vivent dans des pays en développement ou des pays développés.

Pour trouver des solutions adaptées, les leaders politiques doivent impliquer les jeunes dans le processus décisionnaire et établir des partenariats avec eux. Il faut offrir aux jeunes des possibilités de participation à des actions responsables et motivantes répondant à des besoins concrets. Les jeunes doivent pouvoir participer à la planification et à la prise de décision.

Journée Internationale de la Jeunesse 2014 (Ph. UIT)
Journée Internationale de la Jeunesse 2014 (Ph. UPI)

En outre, ils doivent savoir que leur participation peut faire la différence. La Journée internationale de la démocratie est le moment idéal pour chercher à accroître la participation des jeunes dans les institutions démocratiques traditionnelles.

À l’instar d’autres jeunes du monde, vous pouvez aussi vous engager dans l’implication de la jeunesse aux actions démocratiques. Si vous êtes en RDC, joignez-vous aux actions de la Lucha pour développer et exprimer votre potentiel démocratique. De bons outils de communication contribuent à faire entendre les voix de la démocratie. Vous pouvez envoyer cette affiche, la télécharger (en français, en anglais ou en espagnol) sur votre site web, l’accrocher sur des panneaux d’affichage et la distribuer à des réunions ou dans des endroits très fréquentés.

By Mc.-Héritier K. et Lola Kabamba – © The Kivu Times® – Friday, September 12, 2014

Publicités

Une réflexion sur “ 15 septembre, Journée internationale de la démocratie : Quels défis pour la jeunesse dans votre démocratie ? ”

Les commentaires sont fermés.