Nord-Kivu : Général Lucien Bahuma Lucien, cet autre fils du pays mort en essayant de pacifier

Un autre tombeur du M23 s’en est allé. Le Général Lucien Bahuma, 57 ans, est mort « d’une brève crise d’AVC » quelques temps après avoir été rapatrié à Pretoria, « crise » contracté alors qu’il assistait à une réunion mixte de défense dans la ville Ougandaise de Kasese. Le Kivu et les FARDC incosolables.

Le général-major Lucien Bahuma, le 11 juillet 2012, alors qu'il vient de prendre en main les FARDC dans le Nord-Kivu. (Ph. AFP PHOTO/PHIL MOORE)
Le général-major Lucien Bahuma, le 11 juillet 2012, alors qu’il vient de prendre en main les FARDC dans le Nord-Kivu. (Ph. AFP PHOTO/PHIL MOORE)

Huit mois après son compagnon d’arme, Mamadou N’dala Moustapha crapuleusement abattue le 2 janvier 2014 à Beni, le Général major Lucien Bahuma Ambamba a rendu l’âme d’une brève crise d’Accident Vasculaire Cérébrale. Il a rendu âme dans la nuit de ce samedi 30 Aout à dimanche 31 Aout 2014 en Afrique du Sud vers 1h du matin 59′. Le très vaillant militaire Congolais qui a réussi à défaire les terroristes de l’ADF/NALU est mort d’une crise d’AVC qui l’a surprit en plein travail a KASESE, rapporte Magloire Paluku de Radio Kivu One. C’est depuis le 12 Juillet 2012 que le général de Brigade Lucien Bahuma Ambamba était nomme a la 8ème région militaire à Goma, dans la très instable province du Nord-Kivu.

Lucien Bahuma a combattu contre le CNDP de Laurent Nkunda ; c’est lui qui a été à la tête contre le M23 et sa gloire vient de rester derrière lui dans ce qui restera comme le plus grand événement des FARDC dans le Grand-Nord contre le terrorisme ; l’opération SUKOLA1.

Le général Lucien Bahuma Ambamba était lui-même aux commandes, organisait les troupes, surveillait la logistique de ses militaires, se rassurait que tout était en ordre…C’est un commandant des opérations militaires à la fois strict et amusant qui opérait lui-même en première ligne des fronts. Le 30 Juin 2014 le gouverneur du Nord-Kivu lui a rendu un hommage mérité pour ses hauts faits militaires. Lucien Bahuma vient de terminer son séjour sur la terre des hommes avec honneur terrassé, selon ses médecins Sud-Africains par un accident cardiovasculaire aigu qui ne pardonne pas les gens de son âge qui travaillent presque sans repos pour leur pays.

Une longue expérience militaire qui s’éteint

Originaire de la Province Orientale (de la tribu Topoke du territoire de Yahuma dans le district de la Tshopo), le général Lucien Bahuma Ambamba est de la 10ème promotion de l’école des officiers EFO Kananga et un ancien de la DSP de Mobutu ayant aidé le président Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville à revenir au pouvoir après la guerre civil de 1997. Il a rejoint par la suite le MLC de Jean-Pierre Bemba avant son intégration aux FARDC à la suite du brassage.

Lucien Bahuma a d’abord évolué dans le bataillon de sécurité de la BSP (Brigade Spéciale Présidentielle avant de devenir une division) dans les FAZ  sous le commandement du feu général Bosembo Ilondjo (le père du Dr. Maurice Ilo Bosembo évoluant au Canada) , major a l’époque (1977-1982). Il a ensuite servi comme garde du corps rapproché du président Mobutu. Outre Saint-Cyr, le feu général Bahuma a suivi un stage de formation à l’École de renseignement militaire de l’armée égyptienne d’Alexandrie. Au sein de la DSP, il a été officier de renseignement (T2) et puis comme adjoint du feu colonel Ngoy Meta (commandant du centre d’instructions de Kibomango, un luba du Kasaï assassiné sous Mobutu). Il fut parmi les officiers ex-FAZ qui ont créé le centre d’instruction de Pambua (à Gbadolite – Equateur) qui forma les dernières promotions de la DSP appelées Bana ya Sadam Hussein (sobriquet du bouillonnant feu capitaine Kongolu Mobutu).

Lucien Bahuma, commandant de la 8ème région militaire, correspondant à la province du Nord-Kivu, a suivi une formation complémentaire à l’académie militaire française de Saint-Cyr en France. Il a également travaillé dans le renseignement militaire congolais. Il doit sa notoriété grâce à son professionnalisme et ses qualités de bon tacticien qui ont permis aux FARDC de se réorganiser après la prise de Goma par le M23 en novembre 2012. Sa bonne collaboration avec les responsables de la brigade d’intervention de la MONUSCO a permis à l’action conjointe menée entre les FARDC et la MONUSCO de venir à bout du M23 et d’être un des acteurs clé de cette victoire historique des FARDC.

Le Général « organisateur »

Bien avant la prise de Goma en novembre 2012, après la défection des FARDC à Bunagana suite à l’offensive du M23, le 6 juillet 2012, le général Vainqueur Mayala Kiama et 600 soldats FARDC ont fui à Kisoro en Ouganda et abandonné un énorme stock d’armes lourdes, de munitions et de chars . Le général Jean-Lucien Bahuma Ambamba va lui succéder comme commandant intérimaire de la 8ème région militaire, puis confirmé à ce poste par la suite.

Il s’en suivra une réorganisation des unités et un toilettage au niveau du personnel, notamment par le rajeunissement des cadres, des unités formées c’est-à-dire celles qui ont suivi un entrainement militaire. Bahuma Ambamba, un ancien officier des FAZ formée à Saint-Cyr (France) et ayant évolué à la DSP, va pour ce faire, ne reprendre que des soldats originaires des provinces ouest du pays pour éviter l’infiltration des troupes FARDC par des éléments sympathiques au M23.

Il s’est en fait inspiré de la stratégie appliquée en 2004 au Sud-Kivu par le général Félix Mbuza Mabe (Nkumu Embanze de son vrai nom) qui, à l’époque, était parvenu à repousser les assauts des éléments du colonel Tutsi rwandais Jules Mutebusi et son frère ethnique Obedi Rwibasira, actuellement commandant de la 4ème région militaire au Kasaï-Occidental. Il est parvenu à réorganiser les unités de combat en n’alignant au front que des soldats originaires des provinces de l’ouest du pays et quelques Maï-Maï connus pour leur hostilité au Rwanda. Cette réorganisation avait permis aux FARDC de mieux se défendre contre le M23. Mais pour des raisons tactiques injustifiées, après les combats qui se sont déroulés du 15 au 18 novembre 2012 lors de l’entrée du M23 dans Goma au cours desquels les FARDC ont opposé au M23 une résistance farouche et infligé de lourdes pertes à leur ennemi, plus de 150 morts du côté rebelle , le général Bahuma a reçu l’ordre venant de Kinshasa de laisser la conduite des opérations au général Gabriel Amisi Tango Four (aujourd’hui réhabilité par le Conseil supérieur de la défense présidé par Joseph Kabila, le 30 juillet 2014). Tango Four va ordonner aux FARDC de se replier à Sake, facilitant ainsi l’entrée du M23 à Goma, sans résistance.

Le général-major Lucien Bahuma Ambamba, commandant de la 8ème région militaire du Nord-Kivu, et ses commandants d’unités subordonnées, notamment le jeune colonel Moustapha Mamadou Ndala (natif de Ibambi en Provience Orentale), sont unanimement présentés comme les grands artisans du dispositif opératif et tactique mis en place par les FARDC contre le M23 depuis le mois d’août 2013.

Bahuma Ambamba a bénéficié du soutien du lieutenant-général François Olenga, le commandant intérimaire de l’armée de terre, qui a permis que les troupes soient régulièrement payées à temps avec en plus une prime de motivation. Cela a permis d’avoir sur le front des troupes plus motivées, différentes des soldats désorganisés, démoralisés par leur hiérarchie et mal encadrés qui ont combattu lors de la débâcle de Goma une année plus tôt. De plus, le général Olenga a rappelé plusieurs commandants de compagnie et officiers Tutsi de la 8ème région militaire à Kinshasa, sous prétexte de les intégrer dans l’état-major ou le ministère de la défense dans le but de les éloigner des zones opérationnelles si facilement balayés quand Goma a été capturé en Novembre l’année dernière.

Une rapide observation et analyse de DESC fait remarquer que tous les officiers militaires congolais, vainqueurs du FPR et leurs alliés dans la région sont soit assassinés, décédé ou neutralisés. Donatien Mahele qui a repoussé les premiers assauts du FPR en 1990 ; Mamadou Ndala,  Lucien Bahuma, le général Prospère Nabyolwa – ancien commandant de 10ème RM au Sud-Kivu lors de l’attaque du colonel Tutsi rwandais Jules Muebusi – et le général Mai-Mai Padiri, tous deux sans fonction actuellement à Kinshasa.

Une simple coïncidence ou des morts suspectes? En même temps, les officiers-Tutsi et alliés ayant combattu dans les rangs des rebellions créées par le Rwanda bénéficient de bonnes grâces du Commandant suprême des FARDC : Bisengimana, Gabriel Amisi, Pacifique Masunzu, Biamungu, Obedi Rwibasirwa, etc.

Mc.Héritier K. – Avec DESC – Wondo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s