Congo-#Kinshasa: #Electricité – des avancées significatives dans la réalisation du #projet #Inga 3

L’Afrique du Sud, le Nigéria et d’autres partenaires qui suivent de près le projet ne cessent d’afficher leur satisfaction quant à l’évolution des différentes étapes.

Image

La dernière réunion technique tenue entre la partie congolaise et sud-africaine à Prétoria du 5 au 9 février apporte la preuve supplémentaire de l’intérêt des différents partenaires à la réalisation du projet Inga 3. C’est ce qui justifie également la sérénité affichée par le coordonnateur de la cellule de gestion Inga 3, Bernard Diayele à la fin des travaux des experts. La réunion de Pretoria constitue une étape importante dans la préparation d’une feuille de route balisant le chemin aux différentes recommandations des chefs d’Etats et devant aboutir á la signature d’un traité commercial pour l’exploitation du barrage d’Inga 3.

A la tête de la délégation des experts congolais, le ministre des Ressources hydrauliques et électricité, Bruno Kapandji Kalala, a séjourné en Afrique du Sud pendant cinq jours dans le cadre du processus de développement du projet Grand Inga. Aux termes des travaux, les deux personnalités ont paraphé l’accord énergétique entre la RDC et l’Afrique du Sud. Notons que la rencontre de Pretoria fait suite à la signature de l’accord sur le traité de coopération dans le secteur énergétique en octobre 2013 entre Bruno Kapandji Kalala et son homologue sud-africain, Dikobi Ben Martin’s, en présence des présidents Joseph Kabila et Jacob Zuma.

Ce traité est consécutif au protocole d’accord conclu entre la partie congolaise et sud-africaine le 12 novembre 2011 à Lubumbashi, qui a été matérialisé par le projet du traité paraphé par le ministre congolais des Ressources hydrauliques et son homologue sud-africain également à Lubumbashi, le 7 mars 2013. Selon le communiqué de presse du ministère congolais en charge de l’Electricité, ce traité consacre la propriété de la RDC sur le site d’Inga et son leadership sur le développement des huit différentes phases du site d’Inga à commencer par Inga 3. Il obéit également au caractère régional du projet et privilégie la transparence dans toutes les opérations de préparation, de financement, de passation des marchés, de construction et d’exploitation des infrastructures de production et de transport d’énergie.

Enfin, il respecte le principe de développement en mode partenariat public-privé avec tous les partenaires intéressés au projet. Les experts de deux pays ont aussi fait mention de la mise en place de cadre légal, technique et commercial tandis que le ministre congolais s’est saisi de l’opportunité pour projeter, dans le cadre de la promotion du projet Grand Inga, le documentaire sur le rapport de faisabilité et d’impact environnemental, social et économique dudit projet. Pour ce faire, Bruno Kapandji à remercié le chef de l’Etat, Joseph Kabila, pour sa vision de la révolution de la modernité qui entend faire de la RDC une puissance énergétique en Afrique. Dans cette vision, l’Afrique du Sud qui est bénéficiaire de 2500 MW sur le 4800 MW de la puissance énergétique d’Inga 3 est vue comme un partenaire sur et fiable du développement de la RDC.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s