Congo-#Kinshasa: Face-à-face #Kabila-#CNS-#RCN au Palais du peuple

Par La Prospérité

Le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, s’est entretenu hier, mercredi 29 janvier 2014, au Palais du peuple, avec le Comité national de suivi des Recommandations des Concertations Nationales, CNS-RCN. Kengo wa Dondo et Aubin Minaku, en leur double qualité de Présidents de deux Chambres du Parlement et Co-présidents du Comité National de Suivi des Recommandations des Concertations Nationales étaient entourés, à l’occasion, de tous les autres membres de ce comité.

Image

Au centre des échanges, la mise en œuvre des recommandations de ces assises. A en croire l’Honorable Aubin Minaku qui s’est confié à la presse, c’était l’occasion pour le CNS-RCN de faire rapport au Chef de l’Etat sur ce qui est déjà fait et de lui remettre, officiellement, les 100 recommandations regroupées qui attendent leur mise en œuvre. Le Chef de l’Etat a reçu, également, le Règlement d’ordre intérieur de cette structure. Cette rencontre, il convient de le relever, apaise un tout petit peu les esprits, l’attente devenant de plus en plus longue.

Déjà, dans la classe politique, l’on observe une certaine nervosité. Des pressions énormes sont exercées sur le Présidium, singulièrement par des opposants participants à ces assises qui ne cessent de réclamer l’accélération du processus de la mise en œuvre de fameuses recommandations des concertations nationales.

Kabila Kabange, lui, également, plaçait 2014 sous le signe de l’accélération du processus de mise en œuvre des dites recommandations.

Si à l’opposition des fortes pressions sont exercées, à la Majorité, par contre, rien ne presse. Interrogé à ce sujet par la presse, le porte-parole de la MP, Luzanga Shamandevu, a fustigé toute tentative de précipitation. Pour lui, à quoi servirait de courir aussi longtemps que le pays n’a pas encore de Budget ?

She Okitundu Léonard, un autre cadre de la Majorité, pense, et cela n’engage que lui-même, qu’il va falloir attendre mi-mars pour espérer voir le Gouvernement de cohésion nationale.

« Si la formation d’un gouvernement de la majorité prend assez de temps, que dire d’un Gouvernement de cohésion nationale qui devra inclure toutes les sensibilités du pays ? », s’est-il interrogé au cours d’une émission télévisée sur Digital Congo.

Espérons que cette fois-ci, c’est vraiment la bonne. Le Budget 2014 ayant été voté par les deux chambres, de même que la loi sur l’amnistie, plus rien ne pourra tirer les choses en longueur.

Publicités