Nord-#Kivu : Scandale de l’exploitation #minière à #Walikale – Tout pour des autorités #politico-#militaires

Le mardi 14 janvier 2014 au Centre interdiocésain, la Commission Episcopale pour les Ressources Naturelles (CERN-CENCO) a présenté son rapport sur l’exploitation minière à Walikale durant 5 ans, soit de 2008 à 2012. Les enquêteurs se sont interrogés sur l’origine des masses d’argent qui circulent dans ce territoire de la province du Nord-Kivu. Ils se sont rendu comptent que l’argent généré par l’exploitation artisanale des minerais n’a profité ni aux creuseurs artisanaux, ni à la population de cette contrée.

Image

Le constat est que les conditions de vie des creuseurs artisanaux évalués à plus de 12.000 sont restées précaires. Ils se demandent comment ces minerais peuvent profiter aux artisanaux lorsqu’ils se plaignent de travailler pour des autorités politico-militaires à qui était consacrée telle ou telle production journalière. Le lundi… c’est pour le commandant X… le mardi pour Y… le mercredi pour le chef du groupe armé Z… le jeudi pour le ministre M… le vendredi pour le propriétaire terrien… le samedi pour le commandant de la police… et le dimanche pour telle multinationale. Aucun jour n’est réservé aux expoitants artisanaux. Ce qui conduit les creuseurs à accuser toutes les autorités sans aucune distinction.

Après ce constat, les enquêteurs ont compris que l’exploitation des minerais ne profite qu’aux individus qui occupent des postes de responsabilité dans le territoire.

Selon les statistiques récoltées sur la production des minerais entre 2008 et 2012, il a été constaté qu’à partir de l’arrivée de la loi DODD FRANK en 2010, la production a diminué. Mais étant donné que des gens continuent à creuser et à transporter des minerais par moto, camions et d’autres voies, il y a lieu de se demander si ledit embargo est le fait de la loi ou le refus de la transparence.

Image

Dans cette situation, on se pose la question de savoir par quelle magie les minerais traités de sang en RDC deviennent normaux dès qu’ils traversent les frontières, même par des voies frauduleuses, vers des pays voisins indexés comme instigateurs des conflits ?

L’objectif de l’étude et les résultats attendus

Cette étude a été menée dans le but d’évaluer l’apport de l’exploitation minière au développement économique et social du territoire de Walikale, dans la province du Nord-Kivu, en vue de formuler des recommandations pertinentes auprès des autorités face aux différents problèmes identifiés. Ce rapport est articulé autour de quatre chapitres précédés d’une introduction et puis d’une conclusion.

Image

Le rapport indique que le territoire de Walikale est connu par sa diversité de minerais dont l’or, la cassitérite, le coltan, le wolframite, la bauxite, la tourmaline. L’exploitation de tous ces minerais se fait essentiellement de manière artisanale.
Les minerais sont transportés sur le dos des porteurs dans des colis jusqu’à la route pour l’expédition, soit par véhicule, soit par moto, etc.

La situation sécuritaire dans ce territoire est inquiétante. Il y a plusieurs groupes armés qui s’affrontent autour des sites d’exploitation minière artisanale.

En effet, les services du territoire et ceux de la province ne livrent pas des statistiques rassurantes sur les minerais, en l’occurrence l’or, le diamant, le wolframite et le pyrochlore. Etant donné que les données sur l’exploitation de plusieurs minerais ne sont pas connues, les analyses du rapport se sont limitées à celles de cassitérite comprendre de quelle manière son exploitation peut contribuer au développement du territoire.

Recommandations

Les enquêteurs demandent à l’Etat congolais de travailler au désenclavement du territoire par la réhabilitation des infrastructures routières, aéroportuaires et aussi d’encourager les autres moyens de communication. Il y a lieu d’aider aussi la population à s’informer sur le contenu des lois et les procédures en la matière et à résoudre le problème de l’insécurité, etc.

On renseigne qu’au bout de 5 ans, la durée choisie pour l’enquête, plus de 22.870 tonnes de cassitérite produites et vendues ont rapporté environ 77 millions de dollars USD. Et ce montant n’a pas permis de développer ce territoire. La prochaine étude sera menée au Kasaï Occidental, plus précisément à Tshikapa, ont-ils indiqué.

A l’occasion de la présentation dudit rapport, le président de la CERN, Mgr Fridolin Ambongo, a rappelé qu’en créant cette commission, les Evêques de la RDC lui avaient confié entre autres la mission de récolter les informations nécessaires et fiables sur les ressources naturelles, de rassembler toute documentation utile sur I’exploitation de ces ressources et d’en assurer la mise à jour, en vue de défendre par des voies de droit, les intérêts du peuple congolais.

Il a fait savoir que le territoire de Walikale est un grand réservoir réputé internationalement pour I ‘abondance de ses minerais, dont ceux dits «minerais de conflits » qui ont suscité au niveau national, régional et international, des initiatives de traçabilité en vue de lutter contre Ieur exploitation illégale. On peut citer notamment les six instruments de la Conférence internationale sur la Région des Grands lacs (CIRGL), le Guide de la loi Dodd Franck, etc.

Malgré certaines difficultés rencontrées sur terrain, notamment en ce qui concerne I ‘obtention des données quantitatives fiables et I ‘accès à certains sites, des informations suffisantes ont été recueillies grâce à I ‘ouverture et à la collaboration de différents acteurs politico-administratifs, économiques et sociaux rencontrés, a-t-il souligné.

Pendant ce temps, Ie plus grand perdant, la plus grande victime, c’est la population, ignorante de ses droits, subissant, impuissante, la loi du plus fort et du plus rusé.

Mgr Fridolin Ambongo a soutenu que le cas de Walikale illustre ce qui se passe aussi dans d’autres territoires où la pauvreté, la mort, la corruption, les violations des droits humains sévissent au détriment du bien-être des Congolais et du développement de notre chère patrie.

Le Secrétariat général de la CENCO, l’Abbé Donatien Nshole, a fait savoir que la présentation de l’étude sur I’impact économique et social de I ‘exploitation minière sur terrain cadre avec les attentes de pères fondateurs de la CERN.

MURIEL KADIMA/LP

Publicités