Etienne #Tshisekedi, muet comme une #carpe

Il n’a jamais eu sa langue dans la poche mais plutôt une langue bien pendue. Bizarroïde que Ya Tshitshi sache curieusement bien la tenir ces derniers temps. Cela ne présage rien de bon.  Pas du tout. Il perd rarement son Tshiluba. Non, son latin. Face à toute une suite d’événements, qu’il n’ait pas pioché, c’est la RDC à  l’envers. Il n’y a pas d’autres manières de le comprendre.

 

Le 8 octobre dernier, ET est honoré par la visite du Pastor Théo Mugalu, Chef de la maison civile de JKK. Mugalu est un kabiliste pur sang et dont la fidélité à la kabilii ne peut soulever un moindre soupçon. Curieusement, rien n’a filtré de cette rencontre. Tshitshi a perdu ses bonnes manières qui le poussaient  à dénoncer les combines de Mobutu alors que ce dernier se trouvait planté juste dans son dos.  Mais, de quoi ont-ils parlé? Seul Dieu sait. Tshitshi n’en parle pas. Lui aurait-on apporté un présent de la part de JKK? Personne ne le sait car, même les organes de l’UDPS ont été tenus à l’écart. A la fin de l’entrevue, motus et bouche cousue.

On en a perdu cette image de Tshisekedi qui, à la fin de chaque entretien, faisait le compte-rendu. Le vieux lion est-il devenu édenté? Ou tout simplement les avances et les assurances reçues valaient le silence. L’opposant « aradjical » est en train de perdre du poids.

Le 28 novembre 2013. Deux ans se sont écoulés depuis la deuxième présidentielle en RDC. A l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social,  une messe d’action de grâce est dite à la Permanence du parti, en présence d’Etienne Tshisekedi, en chair et en os, qui a fait le déplacement à bord de son 4X4. L’UDPS a rendu hommage à ses combattants tombés au front de l’intolérance, de la cruauté et du machiavélisme politique pendant la période électorale. L’UDPS ne parle jamais en l’air. Sa thèse est soutenue par le rapport du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’homme qui avait  recensé 33 morts et 22 blessés lors des évènements à Kinshasa marquant la fin de la campagne électorale, le 26 novembre 2011.

L’occasion était aussi belle pour rendre aussi grâce à Dieu pour   »l’élection de Tshisekedi » à la présidence de la 13eme rue par la majorité d’électeurs. Rue Pétunias. 13eme rue, une république dont les frontières avec la RDC ont été rouvertes par la volonté des Concertateurs.

Les membres et sympathisants de l’UDPS étaient là, venus en grand nombre pour boire à satiété les paroles d’Etienne Tshisekedi. Désillusion!  Le Sphinx est resté taiseux, muet comme une carpe, bouche cousue. La messe était dite. Qu’est-ce qui se passe dans la tête du Leader Maximo? Le poids de l’âge a-t-il fini par prendre le dessus sur lui? La seule chose qui n’a pas changé est son éternelle moue qu’il sait bien faire en avançant les lèvres. Seul signe qui rassure que l’opposant ne dort pas encore en Tshitshi.

Le 8 décembre. Quand ET débarque pour rendre un dernier hommage à Rochereau. Le Palais du Peuple bouge. Il est  15 heures quand il fait son entrée incognito. Lorsqu’il entre dans le hall, à la surprise générale, Ya Tshitshi va s’incliner devant la dépouille de Tabu Ley.

Quand arrive le moment de départ, le Palais du peuple s’est vidé de son monde pour accompagner le cortège de Tshisekedi jusqu’à sa résidence, rue Pétunias, à Limete. La procession funèbre s’est du coup transformée en procession triomphale d’Etienne tshisekedi. La foule voulait l’entendre. Malheureusement pour elle, le candidat n°11 s’est renfermé encore une fois dans un mutisme de marbre. Seule expression qui se lisait sur son visage, sa moue habituelle. Avancer ses lèvres comme un gamin capricieux qui boude.

Trois occasions en or auraient permis à Etienne Tshisekedi de s’exprimer. Comment trouve-t-il la marche des affaires publiques? Silence. Que pense-t-il de l’organisation des élections à la députation provinciale au suffrage indirect? Silence. L’UDPS va-t-il entrer dans le gouverne-et-ment de Conspiration nationale? Que pense-t-il de « l’opération Likofi » pour traquer les Kuluna? Silence. Enfin, que pense-t-il du nouveau look de Maman Ô? Silence.

Assurément, Tshi-sait-que-dire! Une nouvelle façon pour lui d’exprimer son ras-le-bol. Enfin, pensons-nous.

Blandice Mudimbi/Le Hibou Déplumé

Publicités