RDC (#DRC) : Le #Gou vernement et le #M23 signent la fin des hostilités

A Nairobi, le gouvernement congolais et l’ex-rébellion du M23 ont signé plusieurs documents qui mettent un terme à leur conflit dans l’Est de la RDC. Mais les Kivus sont bien loin d’avoir tourné la page de la guerre.
Capture d’e´cran 2013-12-12 a` 22.47.33

Camp de réfugiés de Kibati en 2008 © Julien Harneis – Wikimedia

Après plusieurs mois d’atermoiement et un rendez-vous manqué à Kampala le 11 novembre dernier, le gouvernement de la République démocratique du Congo et les ex-rebelles du M23 ont finalement signé jeudi 12 décembre, ce qui peut être présenté comme un accord de paix. C’est à Nairobi, sous la houlette du président ougandais Yoweri Museveni, que 3 documents ont été signés entre la rébellion et Kinshasa. En guerre depuis mars 2012 dans l’Est de la RDC, le M23 avait fini par déposer les armes début novembre 2013, devant l’offensive de l’armée congolaise (FARDC), soutenue par la Brigade d’intervention de l’ONU.

Que trouve-t-on dans ces déclarations ? Les documents signés à Nairobi prévoient la fin de la rébellion du M23 (déjà effective), la transformation du mouvement rebelle en un parti politique « légitime », l’amnistie pour certains membres du M23 ainsi que son désarmement. D’autres termes incluent le retour des réfugiés dans leurs foyers, la libération de membres du M23 en détention et la démobilisation des ex-combattants. Il y a également accord sur la formation d’une commission concernant « les biens pillés, la réconciliation nationale, la sécurité et les réformes économique ». Des termes très flous qui mériteront sans doute quelques éclaircissements.

Concernant l’un des points les plus sensibles, l’amnistie des ex-M23, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, reste ferme : « il n’y a pas d’amnistie générale. Ceux qui sont présumés s’être comportés de façon criminelle sur le plan du droit international, avoir commis des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité, ne seront pas réinsérés dans la société ». Dont acte.

Mais le plus dure reste à venir. Le démobilisation, le désarmement et la réinsertion des ex-rebelles seront les phases les plus délicates à mener et parsemées de nombreux pièges. Il s’agit de ne pas reproduire les erreurs du passé où chaque réintégration des miliciens dans l’armée a donné naissance à une nouvelle rébellion. Autre défi : les Kivus recèlent de nombreux autres groupes armés, en dehors du M23. On en décompte une bonne vingtaine, même si ces derniers temps, certains déposent les armes. Il sera difficile pour l’armée congolaise et l’ONU de tous les traquer en même temps. Mais premier signe, il y a tout juste 24 heures, les casques bleus de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco) ont lancé une offensive contre les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), présents dans le pays depuis la fin du génocide de 1994. Mais il y aura ensuite les nombreux groupes d’autodéfense Maï-Maï à désarmer répartis entre le Nord et le Sud-Kivu. La guerre au Kivu est donc loin d’être terminée.

Christophe RIGAUD -Afrikarabia

Publicités

Une réflexion sur “ RDC (#DRC) : Le #Gou vernement et le #M23 signent la fin des hostilités ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s