#DRC – #Rwanda : Le silence-radio de #Kigali après la neutralisation du #M23 – #KAGAME, Stratège que quiconq ue ?

Le Rwanda ; sous la pression internationale intense sur son prétendu soutien déguisé aux Ntaganda-Makenga Boys du M23, une rébellion qui était active dans l’Est de la République démocratique du Congo, a maintenu un silence total depuis la défaite du groupe.

Le Mouvement du 23 Mars (M23) a annoncé la semaine dernière qu’elle mettait fin à son insurrection de 18 mois après avoir subi une déroute retentissante aux mains de l’armée congolaise, les FARDC, avec le soutien clé à partir d’une brigade spéciale d’intervention de l’ONU.

Les rebelles sont maintenant sous pression pour signer un accord de paix formel lundi 11 novembre 2013 en Ouganda, où la plupart de ses combattants ont fui. Des dizaines de combattants blessés ont également fui vers le Rwanda et sont admis à l’Hôpital de Gisenyi pour soins médiaux.

Les Experts de l’ONU ont accusé l’Ouganda et le Rwanda en particulier de soutenir les rebelles, et malgré les dénégations de colère, les responsables de Kigali ont été clairement inquiets sur la tournure des événements.

A la veille de la remise officielle du M23, la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo a averti dans une interview à la radio Kigali FM que les rebelles Hutu Rwandais des FDLR, opposés au regime minoritaire Tutsi tenu de mains de maître par Kagame, sont en train de reprendre les positions abandonnées le M23. Visiblement, pour la chef de la diplomatie Rwandaise, ce ne sont pas les FARDC qui ont mis en déroute la rébellion du M23, mais c’est plutôt une coalition musclée FARDC-Brigade des Nations Unies-FRDC/Interahamwe. Cette coalition est en train d’abandonner les positiosn conquises sous contrôle des rebelles Hutus FDLR.

«Nos rapports de renseignement indiquent que les FDLR arrive près de la frontière rwandaise M23 est chassé du territoire », a-t-elle dit sur KFM radio locale, le lundi 11 novembre 2013.

Les FDLR, l’un d’une myriade de rebelle tenues opérant dans la région du Kivu, est un descendant de hutus rwandais des groupes extrémistes qui ont mené le génocide de 1994, au cours de laquelle environ 800 000 personnes, des Tutsis principalement ethniques, ont été assassinés sous l’œil impuissant de la communauté internationale.

The Kivu Times

Publicités

Une réflexion sur “ #DRC – #Rwanda : Le silence-radio de #Kigali après la neutralisation du #M23 – #KAGAME, Stratège que quiconq ue ? ”

Les commentaires sont fermés.

#DRC – #Rwanda : Le silence-radio de #Kigali après la neutralisation du #M23 – #KAGAME, Stratège que quiconq ue ?

Le Rwanda ; sous la pression internationale intense sur son prétendu soutien déguisé aux Ntaganda-Makenga Boys du M23, une rébellion qui était active dans l’Est de la République démocratique du Congo, a maintenu un silence total depuis la défaite du groupe.

Le Mouvement du 23 Mars (M23) a annoncé la semaine dernière qu’elle mettait fin à son insurrection de 18 mois après avoir subi une déroute retentissante aux mains de l’armée congolaise, les FARDC, avec le soutien clé à partir d’une brigade spéciale d’intervention de l’ONU.

Les rebelles sont maintenant sous pression pour signer un accord de paix formel lundi 11 novembre 2013 en Ouganda, où la plupart de ses combattants ont fui. Des dizaines de combattants blessés ont également fui vers le Rwanda et sont admis à l’Hôpital de Gisenyi pour soins médiaux.

Les Experts de l’ONU ont accusé l’Ouganda et le Rwanda en particulier de soutenir les rebelles, et malgré les dénégations de colère, les responsables de Kigali ont été clairement inquiets sur la tournure des événements.

A la veille de la remise officielle du M23, la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo a averti dans une interview à la radio Kigali FM que les rebelles Hutu Rwandais des FDLR, opposés au regime minoritaire Tutsi tenu de mains de maître par Kagame, sont en train de reprendre les positions abandonnées le M23. Visiblement, pour la chef de la diplomatie Rwandaise, ce ne sont pas les FARDC qui ont mis en déroute la rébellion du M23, mais c’est plutôt une coalition musclée FARDC-Brigade des Nations Unies-FRDC/Interahamwe. Cette coalition est en train d’abandonner les positiosn conquises sous contrôle des rebelles Hutus FDLR.

«Nos rapports de renseignement indiquent que les FDLR arrive près de la frontière rwandaise M23 est chassé du territoire », a-t-elle dit sur KFM radio locale, le lundi 11 novembre 2013.

Les FDLR, l’un d’une myriade de rebelle tenues opérant dans la région du Kivu, est un descendant de hutus rwandais des groupes extrémistes qui ont mené le génocide de 1994, au cours de laquelle environ 800 000 personnes, des Tutsis principalement ethniques, ont été assassinés sous l’œil impuissant de la communauté internationale.

The Kivu Times