Dans les Grands Lacs, « l’avion » Paul Kagame perd de l’altitude

Lorsque le M23, une milice soutenu par le Rwanda, a lancé une rébellion l’an dernier dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), peu de gens auraient pu deviner les conséquences que cela causerait à Kigali. Décryptage.

Pendant des années, des rapports crédibles ont rapporté une foule d’abus du Rwanda tant en République démocratique du Congo que dans la région des Grands Lacs, allant de massacres de civils au pillage des minerais. Pourtant, des pays occidentaux continuent de soutenir le régime de Paul Kagamé, refusant de saper un pays considéré comme un succès majeur de développement, refusant de regarder dans l’autre sens.

Mais après une série de rapports de Groupes d’experts des Nations Unies sur des preuves du soutien systématique du Rwanda aux rebelles, y compris la fourniture d’armes, de troupes et le commandement direct du Rwanda sur les opérations rebelles au Congo ; les condamnations internationales ne se sont pas fait attendre. Plusieurs bailleurs de fonds occidentaux ont coupé ou suspendu leur aide, ce qui représente environ 40 pour cent du budget du Rwanda. La volte-face était choquant pour le président Paul Kagamé, qui a longtemps détourné la critique d’un dossier douteux des droits de l’homme en invoquant son génie de la renaissance spectaculaire du Rwanda depuis le génocide.

Seul contre tous

10015183443_c62fff6f3a_cBien blafard, Kagamé a reçu le message, ce qui a conduit à une diminution, sinon un arrêt de soutien aux rebelles. Pourtant, l’épisode continue d’avoir des conséquences critiques. Avec les donateurs regardant de plus près, son allié rebelle affaibli et une nouvelle force d’intervention des Nations Unies robuste arrivée dans l’est de la RDC, la capacité de Kagamé à influencer les événements dans la région a pris un coup majeur.

10015050874_fde08c7749_z

Du point de vue de Kigali, cela est inquiétant pour plusieurs raisons. Depuis que le Front patriotique rwandais de Paul Kagamé (FPR) a pris le pouvoir après le génocide de 1994, il a considéré les provinces congolaises voisines du Nord et du Sud Kivu dans le cadre d’un tampon de sécurité critique, où une forte projection de puissance, soit par un engagement militaire direct ou par procuration, comme une opportunité qui l’aiderait à anéantir ses ennemis à l’étranger et maintenir, ainsi, le Rwanda plus sûr.

Dans la seconde moitié des années 1990, le Rwanda a lancé deux guerres en RDC dans le but de neutraliser les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), un groupe armé fondé par les auteurs du génocide rwandais, ce qui a modifié l’équilibre du pouvoir à Kinshasa au profit de Kigali. Lorsque les nouveaux dirigeants de la RDC se sont avérés moins malléables que prévu, le Rwanda se tournera vers le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) du Général congolais, rwandophone, Laurent Nkunda et plus tard son rejeton, le M23, qui a créé assez d’instabilité dans les Kivus afin d’éviter la consolidation d’un Etat congolais déjà faible.

Ceci a permis au Rwanda de maintenir sa marge de sécurité et facilité le flux continu de minéraux aux élites politiques, militaires et économiques de Kigali, consolider les budgets et fidéliser ses militants et cadres politiques rwandais. Avec, malheureusement, un coût terrible de vies civiles dans la région, la plongeant dans une crise humanitaire interminable de plus de 17 ans. Pour le Rwanda, cependant, une forte présence dans l’est de la RDC est restée au cœur de la politique de sécurité nationale.

Mais à l’heure actuelle, ce point d’appui est incertain. En plus des exigences des bailleurs de fonds, Kigali est confronté à de nouvelles unités africaines de la « brigade d’intervention » de l’ONU visant à consolider le 1,4 milliard de dollars par année de dépenses, dans le cadre de sa mission de maintien de la paix, MONUSCO. Approuvée par la résolution 2098 de l’ONU en Mars, la nouvelle force se compose de 3069 militaires de l’Afrique du Sud, de la Tanzanie et les troupes du Malawi et est chargée de mener des «opérations offensives ciblées » contre le M23 et des dizaines d’autres rebelles, le mandat le plus explicitement offensive dans l’histoire du maintien de la paix des Nations Unies .

Une guerre régionale

Zuma-Kikwete-danceDans ses premiers mois de déploiement, la brigade s’est déjà frottée au M23 avec son infanterie, l’artillerie et la force aérienne, forçant les rebelles à battre en retraite à la fin du mois d’Août et a obtenue au moins un cessez-le-feu temporaire. En Décembre, l’ONU prévoit des drones de surveillance pour aider l’effort. Cette augmentation de la puissance de feu de l’ONU, combiné avec des brûlantes divisions internes entre les rebelles et peu de chance d’un coup de pouce du Rwanda, laissent entendre que le M23 est susceptible de s’affaiblir davantage.

Pour l’instant, ces dynamiques changeantes de sécurité ne constituent pas une menace majeure pour le Rwanda, dont les principaux ennemis sont les FDLR, connus pour être relativement faibles et incapables d’orchestrer une offensive majeure. Pourtant, bien que le Rwanda soit actuellement membre du Conseil de sécurité de l’ONU, Kigali a voté une résolution « 2098 », il reste mal à l’aise avec une présence renforcée de l’ONU.

00221141-94482e62266ba35e7aa27f52458b5563-arc614x376-w614-us1

Ce sentiment est amplifié par la participation à la brigade d’intervention de l’Afrique du Sud et la Tanzanie, qui à la fois assurent la liaison avec une paire de haut-profil exilés dissidents rwandais, l’ancien chef de l’armée Kayumba Nyamwasa et le chef de la sécurité extérieure Patrick Karegeya. Bien que le duo basé en Afrique du Sud n’ait pas les moyens de lancer une rébellion, Kigali se méfie de leur influence auprès des membres essentiels de la diaspora ainsi que les soi-disant mutins au sein de l’armée rwandaise. Selon le journaliste et commentateur Charles Onyango-Obbo , certains au Rwanda craignent également que Pretoria, qui a de plus en plus des intérêts énergétiques et miniers en RDC, puisse organiser une conspiration « contre le gouvernement Kagamé. »

Malgré la position régionale affaiblie par le Rwanda, l’emprise du FPR reste étendue.

Pourtant, les événements en RDC ont provoqué un certain malaise à l’intérieur du Rwanda. Au cours de l’offensive M23 en Août, une série d’obus d’artillerie a atterri à travers la frontière rwandaise, tuant une femme et son bébé dans un marché. Kigali a blâmé les mortiers de l’armée congolaise. L’ONU a, cependant, indiqué que beaucoup sont venus des positions du M23, peut-être dans le cadre d’un effort pour faire glisser Rwanda ouvertement dans le conflit.

Bien que le Rwanda ait réagi en mobilisant des troupes à la frontière, une invasion rwandaise pure et simple est peu probable, étant donné que les bailleurs de fonds occidentaux reste vigilants, via notamment une présence Onusienne plus musclée et un solide engagement diplomatique des plusieurs organismes régionaux africains. Donc, c’est une guerre plus large et régionale, similaire à celle qui a eu lieu de 1998 à 2002.

Néanmoins, de nouvelles provocations de Kigali par un M23 de plus en plus désespéré restent possibles, affirme Kris Berwouts, analyste indépendant sur l’Afrique centrale, à World Politics Review. Ce serait un test critique pour un Rwanda habitué à sa position actuelle de faiblesse. Si Kagamé exagérait, il risque de faire échouer son projet de développement grandiose.

Benjamin Litsani Choukran,
Rédacteur en Chef de Direct.cd,
D’après Jon Rosen.

Publicités

Une réflexion sur “ Dans les Grands Lacs, « l’avion » Paul Kagame perd de l’altitude ”

  1. Le Rwanda est Pris , le M23 avec ! Les Occidentaux soutiennent du Rwanda qui lui soutient le M23 sont grillés . L’Afrique du Sud Veille au grain . Que va faire l’Ouganda avec le sulfureux Emmanuel Sultani Makenganeza , le faire taire serait très logique , car ça sent le Roussi pour les Manipulateurs lointains et Locaux . Fin .

    J'aime

Les commentaires sont fermés.